"It’s not what it looks to be!" : Déconnexion entre forme et sens dans les énoncés avec verbe de perception à emploi dit “copule” - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles E-rea - Revue électronique d’études sur le monde anglophone Year : 2012

"It’s not what it looks to be!" : Déconnexion entre forme et sens dans les énoncés avec verbe de perception à emploi dit “copule”

(1, 2)
1
2

Abstract

This paper aims at analysing the disconnection between form and meaning in sentences involving copular perception verbs (look, sound, smell, taste and feel). The origin of these verbs is a controversial issue, and in this article, it is argued that they have a nominal origin and that they have identical syntactic and semantic features. It appears that, in these copulative sentences, the grammatical subject does not coincide with the underlying subject of the verb, which has a modalising use as it expresses a judgement concerning sensory appearances. This surface conflict between syntax and semantics also shows in certain types of subject complements – nominal phrases, OF-prepositional phrases and AS IF/AS THOUGH-clauses. This study demonstrates that all subject complements necessarily refer to gradable properties, which is not the case with copular be. Thus, the copulative sentences in which perception verbs have a modalising use present many and various instances of semantic and syntactic reductions, motivated by the economy principle at work in discourse.
Cet article a pour objet l’analyse de la déconnexion entre forme et sens dans les énoncés où figurent les verbes de perception à emploi dit copule (look, sound, smell, taste et feel). L’origine de ces verbes est sujette à débat et il est avancé ici une hypothèse sur l’origine nominale de ces verbes, ainsi que sur leur comportement syntaxique et sémantique unique. Il apparaît que, dans ce type d’énoncés, le sujet grammatical n’est pas le sujet logique du verbe, qui a un emploi modalisant en ce qu’il exprime un jugement sur les apparences perceptuelles. Ce conflit apparent entre syntaxe et sémantique transparaît également au niveau de certains types d’attributs du sujet (les syntagmes nominaux, les syntagmes prépositionnels introduits par OF et les propositions en AS IF / AS THOUGH). L’étude montre que tous les attributs renvoient nécessairement à des propriétés gradables, ce qui n’est pas le cas avec le verbe copule be. Ainsi, ces énoncés copulatifs, où le verbe de perception a un emploi modalisant, présentent tous, à plusieurs titres et de diverses manières, un phénomène de compression syntaxique et sémantique motivé par l’application d’un principe d’économie langagière.
Fichier principal
Vignette du fichier
10 - Lacassain_It’s not what it looks to be!_EREA 9-2_2012.pdf (601.24 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-02171637 , version 1 (10-10-2022)

Identifiers

Cite

Christelle Lacassain-Lagoin. "It’s not what it looks to be!" : Déconnexion entre forme et sens dans les énoncés avec verbe de perception à emploi dit “copule”. E-rea - Revue électronique d’études sur le monde anglophone, 2012, La syntaxe mensongère, 9.2, ⟨10.4000/erea.2437⟩. ⟨hal-02171637⟩

Collections

UNIV-PAU ALTER
21 View
6 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More