Staging the Obscene in A Glastonbury Romance (1932) by John Cowper Powys - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Miranda : Revue pluridisciplinaire sur le monde anglophone. Multidisciplinary peer-reviewed journal on the English-speaking world Year : 2020

Staging the Obscene in A Glastonbury Romance (1932) by John Cowper Powys

(1)
1

Abstract

A Glastonbury Romance by John Cowper Powys was published in 1932, just one year before the ban on James Joyce’s Ulysses was lifted in the United States. Powys’s novel was not censored, although it is rich in scenes and hints that would have been deemed obscene in the United Kingdom barely ten years before. This is probably due to the evolving mores of society in the 1930s but this is also a consequence of the tone used by Powys, which will enable me to draw a distinction between bawdiness and obscenity. Then the detailed analysis of two passages in which the abject and the sacred vie with each other will make it possible to highlight some characteristics of the staging of the obscene: scopic drives, a pre-symbolic relation with the world and a confrontation with a sense of reality that is so overwhelming that the sacred appears as the only answer—an answer which is both vain and necessary. Lastly, the article offers to probe into the position of the implied reader of obscene works thanks to the mise en abyme that can be found in the novel.
Publié en 1932, un an avant que la censure dont l’Ulysses de James Joyce faisait l’objet aux États-Unis ne soit levée, le roman de John Cowper Powys, A Glastonbury Romance (1932), ne connut pas de démêlés avec la justice pour atteinte aux bonnes mœurs. Pourtant, il abonde en scènes et allusions qui auraient été jugées obscènes dix ans auparavant au Royaume-Uni. Si on peut voir dans cette absence de censure un effet de la libéralisation des mœurs dans les années 1930, on peut aussi penser qu’elle est la conséquence du ton utilisé par Powys, ce qui nous amènera dans un premier temps à distinguer paillardise et obscénité. Par la suite, l’analyse en détail de deux scènes où l’abject le dispute au sacré permettra d’étudier certains traits propres à la mise en scène de l’obscène : pulsion scopique, rapport pré-symbolique au monde, confrontation avec une réalité telle que le sacré apparaît comme la seule réponse à la fois vaine et indispensable. Enfin dans un troisième temps sera abordé le thème de la réception des œuvres obscènes et de leurs effets sur le lecteur, tel qu’il est mis en abyme dans le roman de Powys.

Dates and versions

hal-03000185 , version 1 (11-11-2020)

Identifiers

Cite

Florence Marie. Staging the Obscene in A Glastonbury Romance (1932) by John Cowper Powys. Miranda : Revue pluridisciplinaire sur le monde anglophone. Multidisciplinary peer-reviewed journal on the English-speaking world , 2020, 21, ⟨10.4000/miranda.27847⟩. ⟨hal-03000185⟩

Collections

UNIV-PAU ALTER
30 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More