Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Les évolutions de la gestion publique : du management traditionnel au post nouveau management public...

Résumé : Le modèle de la bureaucratie a dominé le secteur public de la fin du 19 ème siècle au début des années 1980, jusqu'à ce que les principes managériaux et de marché portés par le New Public Management (NPM) commencent à s'infiltrer dans le secteur public. Par ailleurs, les réformes entreprises au début des années 1980 au Royaume-Uni et en Nouvelle-Zélande sont souvent présentées comme des références en matière de NPM. Par la suite, ce mouvement s'est répandu dans la plupart des pays de l'OCDE dont les États-Unis, le Canada, l'Allemagne, ou les Pays-Bas, et a permis la diffusion d'un modèle de management par la performance homogène et universel au sein du secteur public. L'origine du NPM tient ainsi aux limites du management public traditionnel, critiqué sur plusieurs points. À partir des années 1970, le modèle du management public mobilisé est ainsi caractérisé par sa lourdeur bureaucratique, ses gaspillages, son inefficacité, ainsi que la faible prise en compte des usagers. Une grande partie de l'effort du secteur public pour légitimer son action réside alors dans la rationalisation de son action et de façon plus spécifique dans l'importation de certaines des techniques de gestion du secteur privé. Depuis la fin des années 1970, la majorité des pays développés ont alors entrepris des réformes pour moderniser et améliorer l'efficacité de leur secteur public. Le paradigme le plus répandu et le plus abouti est alors le New Public Management. Le cas de la France, dont le secteur public compte près de 25% de la population active contre 15% en moyenne en Europe, est, par ailleurs, intéressant à analyser. Malgré l'avènement du NPM dans les années 1980 à l'échelle planétaire, la France n'a ainsi vraiment entrepris ce virage qu'au début des années 2000, face à de fortes résistances au changement et à un déficit non seulement culturel, mais aussi instrumental. 2-Quid de la philosophie du NPM? Comme l'indique plusieurs auteurs, le NPM est caractérisé par une : • logique de résultats mobilisant l'efficience, l'efficacité et la qualité des services produits, • mutation des organisations hiérarchiques et centralisées en systèmes décentralisé, proches des usagers, • influence de la reddition des comptes et de la transparence vis-à-vis des actions publiques, avec un droit de regard des parties prenantes, • consolidation des capacités stratégiques des gouvernements pour conduire les évolutions de l'Etat, en lui permettant de répondre aux changements environnementaux. Il est à noter que le NPM ne constitue pas un nouveau paradigme, en tant que tel, qui se substitue au modèle antérieur. Il en est plutôt une évolution qui complète les pratiques passées, focalisées sur les procédures et le respect des règles. Avec le NPM, ces finalités de gestion élémentaire ne disparaisse pas, mais sont complétées par d'autres finalités qui permettent de répondre aux évolutions des organisations publiques et à s'adapter à un environnement plus turbulent.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

Cited literature [2 references]  Display  Hide  Download

https://hal-univ-pau.archives-ouvertes.fr/hal-02425918
Contributor : David Carassus <>
Submitted on : Tuesday, December 31, 2019 - 4:48:23 PM
Last modification on : Thursday, March 5, 2020 - 7:10:58 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, April 1, 2020 - 1:53:31 PM

File

ITW_LCT_NPM_11_2019.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02425918, version 1

Collections

Citation

David Carassus, Eric Delon. Les évolutions de la gestion publique : du management traditionnel au post nouveau management public.... La lettre du cadre territorial, S.E.P.T. - Société d'édition du personnel territorial, 2019. ⟨hal-02425918⟩

Share

Metrics

Record views

177

Files downloads

173