When what is usually hidden is in the limelight : a few works by the Bloomsbury painters. - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Études britanniques contemporaines - Revue de la Société dʼétudes anglaises contemporaines Year : 2008

When what is usually hidden is in the limelight : a few works by the Bloomsbury painters.

L’envers du décor dans quelques tableaux des peintres du « Bloomsbury Group »

(1)
1

Abstract

The aim of this paper is to investigate how a few works painted between 1910 and 1920 by the two main artists of the « Bloomsbury group » (Vanessa Bell and Duncan Grant) allude to or exhibit what is usually behind the scenes. They do so sometimes thematically thanks to the presence of curtains, windows and mirrors, sometimes technically when they show « painting in the making » and lay bare the materiality of painting and its intrinsic elements : bi-dimensionality, form and colour. Once in the limelight, however, these areas or patches of colour raise another question : do they testify to the influence of Roger Fry’s theories on Bell and Grant or do they allude to hidden secrets ? Or could the beholder be in fact confronted with « the ineluctable modality of the visible » ?
L’objectif de cet article est de cerner les différentes modalités de l’envers du décor dans quelques toiles peintes principalement entre 1910 et 1920 par les deux principaux peintres du « Bloomsbury group » : Vanessa Bell et Duncan Grant. Dans la lignée de ceux que Roger Fry baptisa les « post impressionnistes », leurs toiles sondent l’envers du décor de manière parfois simplement thématique par la simple présence de rideaux, de fenêtres et de miroirs, parfois plus expérimentale lorsque s’exposent sur la toile le processus d’élaboration de cette dernière ainsi que le pictural de la peinture, longtemps dissimulés derrière le décor et le décorum réalistes, qui prévalaient encore dans l’Angleterre édouardienne. On peut cependant se demander dans quelle mesure les taches, aplats et pans de couleur seraient à envisager comme des indices renvoyant à la conception qui sous-tend les pratiques picturales de ces peintres (telle qu’elle a pu être verbalisée par Roger Fry) ou à des secrets bien cachés ou autres « dessous de la peinture » (Damisch). À moins que le spectateur ne soit confronté là à « l’inéluctable modalité du visible ».

Dates and versions

hal-02331779 , version 1 (24-10-2019)

Identifiers

Cite

Florence Marie. L’envers du décor dans quelques tableaux des peintres du « Bloomsbury Group ». Études britanniques contemporaines - Revue de la Société dʼétudes anglaises contemporaines, 2008, 34, ⟨10.4000/ebc.7108⟩. ⟨hal-02331779⟩
29 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More