La Folle Querelle ou la critique d’Andromaque : quand la comédie de spectateurs extravague - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2019

La Folle Querelle ou la critique d’Andromaque : quand la comédie de spectateurs extravague

(1, 2)
1
2

Abstract

Montée par la troupe de Molière le 25 mai 1668, La Critique d’Andromaque par Subligny prend la forme d’une comédie de spectateurs, où les personnages «dissertent» en lieu et place du gazetier. Par l’intermédiaire de leur querelle, Subligny résume «ce qu’on a dit contre» la pièce et «ce qu’on a dit pour» : prenant le parti des adversaires d’Andromaque, il critique la composition, la construction des caractères et l’obscurité de l’expression. La critique actuelle s’accorde pour souligner la médiocrité de La Folle Querelle et pour affirmer que Racine n’a aucunement cédé aux attaques de Subligny. Georges Forestier, notamment, estime que le dramaturge débutant a commis l’erreur de reprendre à Molière le principe de la mise en abyme, sans en saisir l’élément moteur essentiel. En effet, Subligny a inscrit sa satire dans un autre cadre que celui de La Critique de L’École des femmes : La Folle Querelle est une comédie de spectateurs, certes, mais ce n’est pas une comédie de salon. En optant pour le modèle plus traditionnel de la comédie d’intrigue (un couple d’amoureux et un rival favorisé par la mère de la jeune fille), sur lequel il a greffé le commentaire d’Andromaque, Subligny a mélangé les genres et n’a pas réussi à les concilier. C’est pourtant ce dispositif un peu «fou» (et un peu raté) qui révèle le mieux ce qu’Andromaque suscite, d’après Subligny, chez les spectateurs : en littérarisant jusqu’à l’excès une forme de critique déjà «littéraire», Subligny démontre sans le vouloir la réussite proprement littéraire de la tragédie racinienne, irreceva à ses yeux.
Not file

Dates and versions

hal-02326807 , version 1 (22-10-2019)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02326807 , version 1

Cite

Lise Forment. La Folle Querelle ou la critique d’Andromaque : quand la comédie de spectateurs extravague. Abrecht Delphine; Michel Lise; Piot Coline. Faire œuvre d’une réception. Portraits de spectateurs de théâtre (spectacles, textes, films, images), Max Milo et L’Entretemps éditions, p. 31-45, 2019, coll. « Champ théâtral ». ⟨hal-02326807⟩
200 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More