Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

DU STYLE À LA MANIÈRE : ÉCHAFAUDAGE RYTHMIQUE DANS UN POÈME D'ANTOINE ÉMAZ

Résumé : Cela fait des années que je ne recherche plus l'élégance, mais l'expressivité. C'est sans doute pour cette raison que l'éloge du « style littéraire » m'irrite comme un dandysme d'écriture assez creux et sans nerf. Antoine Émaz, Cambouis 1 , p. 7 Ces mots ouvrent le journal de bord que constitue Cambouis, dernier ouvrage publié par A. Émaz et postulent son refus du style, envisagé comme valeur. Le poète aime à qualifier sa poésie de poésie du peu : les titres « Poèmes en miettes » « En deçà », « Boue », « K.-O », « OS » affichent d'emblée leur souci d'économie d'écriture. A. Émaz refuse le lyrisme, la grandiloquence et sa stigmatisation du style littéraire relève du refus d'une norme stylistique, ce qui n'empêche pas les critiques contemporains de s'interroger sur les caractéristiques d'un style Émaz, en tant que manifestation de sa subjectivité. C'est à la fin d'un séminaire 2 sur les oeuvres poétiques d'A. Émaz, où nous travaillions précisément sur les moyens de cette économie que j'ai eu envie de consulter les brouillons du poète. Très gentiment, celui-ci m'a envoyé quatre états parmi les cinq versions existant d'un poème daté du 08.09.06, intitulé « Fatigue » dans la cinquième version, avant d'être publié sous le titre « Corde 4 » dans Peau, chez Tarabuste, en 2008. Outre ces brouillons tapuscrits, raturés, corrigés puis retapés successivement, j'ai bénéficié des analyses critiques de l'auteur sur l'écriture de ce recueil par l'intermédiaire de Cambouis, cahiers de réflexion contemporains de l'écriture des poèmes de Peau 3 , qui est ainsi partiellement commentée. A. Émaz accorde une grande importance aux questions rythmiques dans l'élaboration de son écriture : la forme musicale adoptée et réinventée à chaque poème entre dans la définition d'un « style » propre au poète. Aussi l'analyse des brouillons successifs de « Corde 4 » a révélé que les suppressions, les déplacements et les ajouts visaient à modifier, améliorer le rythme du poème, conçu à la fois comme mouvement, au sens de Benveniste, et comme musicalité. De cette analyse, il ressort que les premières versions (disons les deux premières essentiellement) sont caractéristiques d'un style, au sens où il est reproductible, au sens où il est analysable et analysé par les critiques : le dénuement, les formules assez neutres, les vers courts y sont cultivés. Un premier travail de réécriture va constituer à supprimer ces vers trop caractéristiques alors qu'un second va consister à étoffer les vers pour leur donner une meilleure résonnance rythmique. À partir d'une étude génétique de ce poème, nous voudrions montrer que cette écriture en mouvement s'affranchit d'un style, qui se constitue dans une oeuvre maintenant reconnue, au profit d'une manière, d'une version à l'autre. Après avoir présenté le recueil, nous réfléchirons au travail génétique d'A. Émaz pour voir comment il retravaille ce qui a pu être relevé comme des traits de style propres par ses commentateurs au profit d'une manière qui serait une individualisation en construction, historicisée, dialectiquement opposée au style figé. LA POÉSIE D'ANTOINE ÉMAZ : DE LA PEAU ET DES OS.
Complete list of metadatas

https://hal-univ-pau.archives-ouvertes.fr/hal-02088371
Contributor : Sandrine Bédouret <>
Submitted on : Tuesday, April 2, 2019 - 6:39:01 PM
Last modification on : Thursday, March 5, 2020 - 7:16:43 PM
Document(s) archivé(s) le : Wednesday, July 3, 2019 - 5:45:31 PM

File

Emaz Corde 4 Bédouret.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02088371, version 1

Collections

Citation

Sandrine Bédouret-Larraburu. DU STYLE À LA MANIÈRE : ÉCHAFAUDAGE RYTHMIQUE DANS UN POÈME D'ANTOINE ÉMAZ. La Licorne - Revue de langue et de littérature française, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2012, Dans l'atelier du style, du manuscrit à l'oeuvre publiée, 98, pp.221-235. ⟨hal-02088371⟩

Share

Metrics

Record views

32

Files downloads

73